Traitement Pyrale du buis 88 commentaires


Comment lutter contre la pyrale du buis ? Quel traitement appliquer pour la pyrale du buis ? Cette chenille, mangeuse de buis, a une vitesse de prolifération exceptionnelle. En général, lorsque vous vous rendez compte que vos buis sont atteints, il y a déjà une belle petite colonie installée. Comment s’en débarrasser et se prémunir de nouvelles attaques ?

Comme je vous l’indiquais dans l’article sur le cycle de vie de la pyrale du buis, les femelles papillon de pyrale du buis pondent entre 200 et 300 œufs et peuvent pondre d’avril à novembre sans soucis, donc vous imaginez la prolifération et les dégâts si vous n’intervenez pas, sachant que vous êtes, à priori, son seul prédateur. Oui, malheureusement pour nous et nos buis, la chenille de la pyrale du buis n’a à ce jour pas de réels prédateurs connus dans nos contrées.

Attaque de la pyrale du buis: il vous faut donc agir vite.

Au tout début, l’infestation est difficile à déceler . Les premières toutes petites chenilles se cachent au cœur du buis. Lorsque vous constatez que certains rameaux de vos buis dépérissent ou que vous commencez à apercevoir des chenilles sur les feuilles extérieures c’est que la pyrale du buis est déjà bien installée et les dégâts bien avancés.

dégâts pyrale sur buis - traitement pyrale du buis

dégâts pyrale sur buis

 

Avec quoi traiter la pyrale du buis ?

Le premier réflexe des personnes concernées est bien souvent de se jeter sur le premier insecticide chimique à leur portée et d’en asperger copieusement leurs buis. Ce traitement pyrale du buis est certes efficace, je dirais même trop efficace. Les chenilles vont bien mourir, mais tout ce qui se trouve autour également, et pendant longtemps car ces produits ne sont pas bio-dégradables. Votre environnement immédiat va en pâtir et probablement que votre santé aussi.

A l’opposé, d’autres ne veulent mettre aucun traitement et font un ramassage manuel des chenilles. Si vous avez un tout petit buis, ça peut faire, mais si vous avez plusieurs buis ou des gros ou même une haie, jamais vous ne vous en sortirez.

Donc il n’y a pas de mystère, il faut traiter mais avec un produit biologique, naturel et sélectif mais pas n’importe lequel.

Si par exemple vous traitez avec un produit à base de pyrèthre végétale, c’est naturel et biodégradable, mais pas du tout sélectif. La pyréthrine tue tout les insectes par contact (et agit même sur les poissons – attention à vos bassins !) et donc a un effet dévastateur sur les bons insectes de votre jardin et tout les animaux à sang froid. Donc la pyréthine, à éviter.

Un traitement efficace contre la pyrale du buis.

Le traitement pyrale du buis naturel efficace est le bacillus thuringiensis, et plus précisément le bacillus thuringiensis Kurstaki. C’est une bactérie, qui une fois ingérée par les chenilles, s’attaque à leur système digestif. La chenille cesse alors de manger et meurt en quelques jours. Ce traitement ne tue que les chenilles et pas les autres insectes des alentours, ni les papillons, même pas les papillons de la pyrale.

Vous pouvez le trouver très facilement en jardinerie. Ne demandez pas forcement un produits spéciale pour la pyrale du buis ( car vous risquez de le payer plus cher) mais demandez tous simple du bacillus thuringiensis Kurstaki pour tuer les chenilles.

traitement pyrale du buis

Vous pouvez également en trouver en ligne sur le net, avec des boites plus volumineuse, avec un prix au kilos bien plus avantageux.

 

Comment traiter la pyrale du buis ?

Le traitement pyrale du buis à base de  bacillus thuringiensis doit être pulvérisé sur toute la surface de vos buis en ayant garde de bien mouiller également le dessous des feuilles. Le bacillus thuringiensis est sensible au UV et donc il est conseillé de traiter soit en fin de journée soit par jour nuageux (mais sans pluie). Bien évidement, ne traiter que si vous voyez des chenilles, un traitement préventif ne sert strictement à rien car ce bacillus a une durée de vie très courte une fois pulvérisé. Vous devez refaire un traitement 8 jours après au cas où quelques chenilles auraient réchappé au premier passage. Si vous ne faites pas ce deuxième passage, il y a de forte chance qu’il reste quelques chenilles qui vont ravager vos buis.

Une fois vos buis débarrassés de ces sales chenilles, l’affaire n’est pas close pour autant. Les papillons de la pyrale du buis ont de fortes chances de revenir pondre et donc il va falloir surveiller ça de près. Pour ce faire je vous conseille de mettre un ou des pièges à phéromones. Ce sont des pièges pour capturer les papillons mâles.

piège papillon pyrale du buis

piège papillon pyrale du buis

Ces pièges se trouvent en jardinerie ou facilement sur internet. Avec ce système vous allez non seulement savoir quand les papillons de la pyrale du buis seront de retour, mais en plus vous allez capturer une petite partie des mâles et donc réduire la ponte (seulement si l’invasion n’est pas trop forte).

Bien entendu ces pièges ne sont d’aucune utilité si vous voyez déjà des nuées de papillons le soir et de plus, ils seront très vite saturés.

Les papillons pondent juste quelques jours après l’accouplement, donc il est conseillé de retraiter vos buis environ 8 jours après l’arrivée des papillons, il y a surement déjà des petites chenilles, même si vous ne les voyez pas vraiment.

 

Que faire après la pyrale du buis ?

Pour les buis déjà très attaqués et défeuillés, je vous conseille (après avoir détruit les chenilles, bien sûr) de les laver avec un jet d’eau puissant (voir même un karcher pour les gros) afin de les débarrasser des filaments et feuilles sèches laissées par les chenilles (Ces déchets contiennent souvent encore des chrysalides de papillons). Vous donnez ensuite un peu de fertilisant ( compost) à vos buis pour les rebooster et ils devraient repartir assez rapidement. Si vous voulez également leur faire un petit coup de taille , c’est le bon moment et ça leur fera du bien pour repartir.

Restez vigilant, car cet envahisseur n’est pas près de disparaître et va faire de gros dégâts chaque année si vous n’y prenez pas garde. La pyrale du buis commence ses ravages à partir de mars avril, voir même février mars pour les coins bien exposés

et ce jusqu’au mois de novembre.

 

Et rappelez vous que certaines chenilles de la pyrale du buis arrivent à passer l’hiver et donc les premières attaques de printemps peuvent avoir lieu avant l’arrivée des papillons.

 

Les déchets de taille des buis contaminés doivent être brûlés pour éviter tout prolifération. Je sais , comme je le dis souvent : « Brûler ces déchets verts, c’est interdit par la loi », mais là il y a exception : il est toléré de brûler ses déchets en cas de gros problème phytosanitaire.

Vous pouvez aussi les broyer et les composter mais seulement à conditions que votre compost soit assez volumineux pour se mette en chauffe de suite (en mélangeant avec de l’herbe verte, pour plus d’efficacité). Vous pouvez également tout simplement enterrer ce broyât de buis contaminés.

Et vous, avez vous été confronté à ce problème ? Avez vous trouvé une solution efficace ?

Dites nous tout dans les commentaires ci dessous.

Voici d’autres articles qui devraient aussi vous plaire:

Recherches ayant accédé ici:

  • comment detruire les oeufs de la pyrale du buis
  • tout les combien quil faut traité les chenilles a spirale du buit
Vous avez aimé cet article? Partagez le sur Twitter, sur Facebook ou par mail en cliquant sur l'un des boutons ci-dessous ! Merci d'avance.
Inscrivez vous et recevez un cadeau de bienvenue
Inscrivez vous ici pour être informé en priorité, par mail, des dernières actualités du site et recevoir ce guide gratuit en cadeau de bienvenue


A propos de Christian

Consultant Jardin & Espace verts - Maître Composteur - Passionné de plantes et insectes - Pour un jardin naturel et un sol fertil - de formation agronomique J'ai été pépiniéristes durant 25 ans avec 5 ans paysagiste.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

88 commentaires sur “Traitement Pyrale du buis

  • Odile

    merci pour les conseils mais, pour mes buis, je crois que c’est trop tard : seul 1 sur 10 possède encore des feuilles vertes.

    je compte les arracher et les remplacer par des lonicera nitida.

    j’en ai déjà eu par le passé et j’ai vu qu’ils se comportaient bien dans le Var.

    savez-vous s’ils sont résistants à la pyrale ?

    d’avance merci.

    • Christian Auteur du billet

      Ce n’est pas parce qu’ils n’ont plus de feuilles vertes en ce moment qu’ils ne vont pas repartir. Il leur faut parfois 1 mois avant de refaire des feuilles. De plus, là arrivant en période froide, ils vont probablement mettre un peu plus longtemps. Pour voir si ils sont encore en vie, grattez un peu l’écorce. Si elle est verte dessous c’est bon.
      Je pense que lonicera nitida résiste à la pyrale. En tout cas on ne les a pas vu encore les attaquer. Le problème du lonicera nitida c’est que ça pousse bien plus vite que le buis et qu’il faut donc tailler beaucoup plus souvent.

  • Bonniaud

    Bonjour,
    Merci pour ces infos mais il n’en reste pas moins qu’il est difficile d’identifier la pyrale lorsqu’on a des buis qui sèchent, jaunissent, surtout après une année comme l’année dernière ou après transplantation. Personnellement, j’ai tenté de désépaissir une haie de buis trop dense, trop âgée, trop haute. Certains pieds ont crevé, d’autres ont l’air mal en point… Pyrale or not Pyrale ?
    Est-ce qu’un petit passage de Bacille Thu… taki ne serait pas judicieux quand même, même si je ne vois pas de chenille ? Ou, dans le doute, est-ce qu’il vaut mieux investir dans les phéromones ?
    Merci de votre aide

    • Christian Auteur du billet

      Les traitements aux bacillus thurengis ne sont efficace que en présence des chenilles et cela pour 2 raisons: ce n’est pas un produit efficace par simple contact mais il faut que les chenilles l’ingèrent en même temps qu’elles grignotent les feuilles, et c’est un produit bio-dégradable vite détruit par le soleil et les intempéries.

      Les phéromones ne sont pas fait pour tuer toutes les pyrales de vos buis mais juste pour en piéger une partie et ainsi être prévenu de leur arrivée sur le secteur afin de pouvoir faire au mieux un traitement de bacillus.

  • Birette

    Ah si, la pyrale est très facile à identifier ! Les chenilles, les papillons, les toiles, les boules d’excréments au sol … Aucun doute possible !

  • yves

    Bonjour,
    Merci pour ces éléments et informations.
    Les buis d’un jardin grenoblois ont été décimés l’an dernier, jusqu’au tronc. Je tenterai une intervention s’ils « repartent » cette saison.
    Je m’interroge à propos des forets de buis, en Vercors, en Drôme…, certes elles sont un peu à l’écart, l’altitude peut également les préserver, mais vu la voracité décrite et la capacité de multiplication de ces papillons, comment les protéger ?
    Sur leurs territoires d’origine, quels espèces (oiseaux, insectes,…) ou mécanismes naturels (toxicité réactive des feuillus…) contrôlent leurs pullulations ? A-t-on des éléments à ce sujet ?
    Merci. yv

    • Christian Auteur du billet

      Pour l’instant je ne vois pas de solution pour les buis de montagne. Le bacillus thurengis est très efficace mais si on traite toute la montagne (par avion) cela tuera toutes les chenilles de papillons du coin. Malheureusement les contreforts OUEST du Vercors ont déjà été fortement attaqués.
      Dans leurs pays d’origine, ces chenilles sont attaquées par le frelon asiatique (ça commence également chez nous). Mise à part ça je ne connais pas précisément d’autres prédateurs d’origine, mais il doit y en avoir. En France, certaines personnes ont vu des moineaux et mésanges s’y attaquer. Le problème est que comme la chenille mange exclusivement du buis, elle acquière un côté toxique.

  • TOUSSAINT

    j’envisage la pose d’un filet de protection à très fine maille ( 1 mm ) autour de mes buis ( qui ne sont pas encore trop volumineux ) : qu’en pensez-vous ?

    • Christian Auteur du billet

      Ca risque de vous coûter plus cher que du Bt et je ne suis pas sur de l’efficacité. les papillons trouverons toujours un petit coin pour pondre. De plus vous allez contrarier énormément la croissance de vos buis.

  • Vincent

    Bonjour Christian,

    Deux questions, à propos de choses lues ou entendues…
    – Il semblerait qu’à partir d’un certain stade de croissance, les chenilles ne soient plus sensibles à bacillus thur.. Sais-tu si c’est vérifié et à quel stade cela correspond?
    J’ai des chenilles qui sortent de cocons d’hivernage et leur taille varie de 10 mm à 30-35 mm. A 10 mm j’y crois, à 35, j’ai un doute! Du coup, je me pose la question d’un insecticide ponctuel pour remettre les compteurs à zéro, même si ça ne me plaît pas du tout…

    – Il paraît que des bassines d’eau savoneuse sont un bon piège pour les papillons. Ca ne cible pas les mâles mais c’est plus économiques et ça enrichit moins les gros vendeurs mondiaux de produits chimiques (pour ne pas citer de nom), qui ne produisent pas que d’innoffensives phéromones.

    D’avance merci… Je me demande ce que font nos mésanges, à croire qu’elles n’aiment pas les saveurs asiatiques!

    • Christian Auteur du billet

      Bonjour Vincent,
      Il n’y a pas de stade où les chenilles de la pyrale du buis sont insensibles au bacillus thuringiensis, c’est faux.
      A la sortie des cocons d’hivernage les chenilles font entre 5 et 15mm mais pas plus. Si elles sont plus grosses c’est qu’elles sont sorties depuis un moment et quelles ont déjà bien mangé.
      Pas besoin d’un autre insecticide, le bacillus thuringiensis suffit amplement s’il est bien utilisé. Je rappelle: 1 traitement quand on voit les chenilles et obligatoirement un autre 8 jours après pour tuer les œufs qui n’étaient pas encore éclos lors du 1er traitements et on ne retraite plus tant qu’on ne voit pas d’autres chenilles. Bien entendu il faut bien observer ses buis pour repérer les toutes petites chenilles juste après éclosion.
      la bassine d’eau avec savon ( ou liquide vaisselle) est effectivement un bon piège pour les papillons et surtout le soir près d’une lampe.
      Nos oiseaux ne mangent pas trop cette chenille car elle est toxique ( elle ne mange que du buis toxique) et de plus elle vit au milieu de soie et les oiseaux n’aime pas ça.

  • Girard

    Bonjour, depuis plusieurs jours les chenilles envahissent le tour de ma maison ( mur, toit, barriere en bois, terrasse…) j’en ai écrasé beaucoup mais il y en a trop … je suis vraiment dégoûtée , je dois laisser les fenetres fermées et je ne peux pas profiter de la terrasse . Je ne sais pas combien de temps ça va durer et je ne sais pas quoi faire?

      • Pascale (Ariège)

        Bonjour,
        Je confirme les propos de Girard. A un endroit chez nous, le buis (taille d’un arbre) est enchevêtré avec un houx et collé à un platane. Les chenilles ont colonisé le houx et sont parties à l’assaut du platane (+de 40 m de haut).
        Dans les zones sauvages environnantes (PIémont pyrénéen), les buis sont également mêlés aux arbres. Résultat : les chenilles colonisent les arbres et les ont complètement enveloppé de fils de soies. C’est maintenant un paysage angoissant à voir.
        La question que nous nous posons est donc la suivante : si les buis disparaissent, est-ce que les chenilles ne vont pas adapter leur mode de nutrition en s’attaquant à d’autres végétaux ?
        Et je confirme aussi que les chenilles (de toute taille) ont migré vers notre mur de maison après que nous ayons coupé les buis. J’ai mis de côté mon profond dégoût et bricolé des stratégies pour les collecter en masse, en utilisant du scotch double-face ou des bandes collantes anti-mouches, et en les brûlant ensuite.
        Nouvelle question : les chenilles meurent-elles si elles sont privées de buis à manger ? Ou bien, arrivent-elles quand même à accomplir leur cycle ?
        Merci Christian ! 🙂
        Et courage à tous ceux qui relèvent leur manche et les combattent à leur niveau. Peu-être que le moment est venu de monter un collectif pour alerter à grande échelle et que les autorités sanitaires soient impliquées ?

        • Christian Auteur du billet

          Non les chenilles à régime exclusif (ici le buis) ne peuvent s’adapter à une autre plante en peu de temps. Il leur faudrait une évolution sur le long terme pour y arriver. Mais n’oublions pas qu’en Asie elles mangent certains fusains et certaines espèces de houx.
          Non les chenilles ne meurent pas quand elles n’ont plus de nourriture, elles se mettent alors en repos dans un petit cocon de feuille et attendent que les bourgeons repoussent et rattaquent dès qu’elles sentent la nourriture fraiche. Les cycles sont certes perturbés mais la plupart arrive tout de même à terme et donne de nouveaux papillons.

    • PETROSSI

      Bonjour,

      Je rejoins Girard, la semaine dernière invasion de chenilles au niveau de la maison (je vie a coté d’une carrière pleine de buis sauvage) et oui il s’agit bien de pyrale. Cette année est catastrophique et dans le beaujolais le buis fait partie intégrante du paysage sauvage qui ne ressemble plus à rien …
      J’ai remarqué une chose étrange : j’habite dans une ruelle bordée de chaque coté par des buis dont l’exposition est différente (1 haie plein sud et une autre exposé Est) et bizarrement la haie coté Est est intacte alors que la haie coté sud est complètement ravagée… Les pyrales adorent-elles le soleil au point de ne pas aller voir de l’autre coté de la route…?

      • Christian Auteur du billet

        Non, les pyrales du buis aiment les buis à feuillages tendres. A des expositions différents, les buis ont des textures différentes et les pyrales du buis savent bien faire la différence. Les buis bien nourris et bien arrosés sont beaucoup plus sensibles aux pyrales. Les buis à faible croissance sont moins sensible.

  • delort

    Bonjour
    Heureusement que je surveille car l’an passé ces chenilles ont envahi mon caprier.Ramassées à la pince à épiler.Il y en avait beaucoup !
    Merci à Christian pour tout son enseignement .

  • Paschoud

    J’ai un jardin à la Française avec des haies de buis de 1ml de haute et 80cm de large. De façon lacunaire, ils sont infesté par la pyrale surtout sur les côtés. Question: Faut-il tailler avant de passer le bacillus ou après?

      • Paschoud

        Merci pour vos bons conseils et orientations.
        J’ai passé le bacillus thurengis et le résultat est excellent, me semble-t-il! Avant , je dénichais pas mal de chenilles bien vertes et remuantes. + ou – une semaine après l’aspersion, je n’ai trouvé que des cadavres de chenilles un peu ratatinées , noires et inertes.

        • Christian Auteur du billet

          Parfait ! N’oubliez pas qu’il faut retraiter 8 jours après le 1er traitement afin de tuer les petites chenilles qui auraient éclos en temps ( car le 1er traitement ne tue pas les œufs.)

  • Gapin

    Un grand merci pour toutes ces informations. Nous avons commencé le traitement la semaine dernière, nous habitons près de Chartres, dans l’Eure et Loir, nos buis sont très attaqués et notre ignorance sur le sujet nous a fait réagir tard. On a espoir de les sauver maintenant que nous avons lu cet article. Alors, oui, encore merci.

    • Christian Auteur du billet

      surtout guettez bien l’apparition de nouvelles chenilles et traitez bien en 2 fois: 1 fois dès l’apparition de chenilles et 1 autre fois 8 jours après. Et il faut surveiller de février à novembre.

  • fernandez

    déjà attaquée l’année dernière ….cette année …c’est incroyable !!!! un retour en force !!!! je suis parti une semaine et quand je suis revenu tout était comme grillé…j’ai reconnu tout de suite la Pyrale verte rayée … j’ai plusieurs buis et le seul qui était un peu plus épargné est tout près de ma porte d’entrée…alors bien sure je me suis faites avoir…je n’ai pas scruté les autres … j’avoue j’ai un insecticide berck! que j’ai utilisé (dans l’urgence) je vais essayer de trouver le produit dont tu parles … si je n’avais pas lu ton article je pense aussi que j’aurai risqué d’en arracher quelques uns …
    merci

    • Christian Auteur du billet

      Bonjour,

      Oui débarrassez vous du « BERCK » et trouvez vite du bacillus thurungis et traitez dés que vous apercevez des chenilles et 8 jours après pour ne pas laisser échapper la moindre petite éclosion. Et n’oubliez pas: il faut surveiller de février à novembre.

      • élise fernandez

        😉 ok pour le Berk! merci pour vos conseils ! c’est sur que je vais avoir l’oeil un peu plus sur eux désormais !!! en plkus depuis 3 ou 4 ans le nombre de feuilles mangées augmentent beaucoup dans mon jardin… les hiver doux nous promettent encore plus de ravageurs chaques années… donc ce produit me sera vraiment utile pour réguler tout ça ! qu’ils en mangent un peu ok … tout ben… non 😉 biz

  • privat

    Bonjour, merci beaucoup pour votre site qui nous a beaucoup aidés. J’habite le puy de dôme et nous n’avions pas eu la pyrale jusqu’ici. Et ça y est après une semaine de vacances nous venons de découvrir que nos buis étaient attaqués. J’ai traité d’urgence au bacillus thurengis et le referai dans 8 jours. + ai posé des pièges à phéromones. Sur l’emballage du bacillus, il est écrit qu’on ne pouvait traiter que 4 fois par an. Cela m’inquiète car je crains des attaques récurrentes. Avez vous un avis sur la question? Peut on dépasser les 4 applications par an si c’est nécessaire? Merci d’avance pour votre reponse

    • Christian Auteur du billet

      Soit vous avez mal interprété la notice, soit la notice est fausse. Pour le Bacillus thuringiensis il n’y a pas de limite du nombre d’application annuelle. Vous pouvez traiter sans soucis à chaque fois que vous voyez de nouvelles chenilles apparaitre.

    • Laurent

      Bonjour privat,
      Je suis aussi du Puy de Dôme ( tout près de Thiers et vous?). Beaucoup de buis chez moi, du buis magnifique, quasi centenaire, et en merveilleuse santé! Mais la pyrale est arrivée, je viens de m’en apercevoir, chenilles au stade 3 et 4, j’ai même trouvé un début de chrisalyde. Certains buis sont entièrement déplumés, c’est impressionnant la vitesse à laquelle ça dévorent tout!
      J’ai traité au BTK et j’y reviendrai dans 8 jours. Un piège à phéromone mais pas de papillons en vue. J’ai traité hier et aujourd’hui j’ai pu observer un changement de comportement. Elles ont ralenti, ne mangent plus… J’espère que c’est bien l’effet de la bactérie et non le ralentissement avant chrisalyde…?
      Je vais surveiller de près et mener le combat, le buis repartira j’en suis sur!
      Merci Christian et à tout le monde pour les infos et les différents moyens de lutte. Cette espèce qui n’a rien d’endémique doit être combattue!

  • ant1

    Toutes ces mesures paraissent bien illusoires: dans le sud de l’Ain (bugey) ou il existe de vaste peuplements de buis on a pu constater un développement explosif de la pylare l’été dernier. La nuit à certains endroits en voiture on avait l’impression de rouler sous une tempête de neige, sans exagérer. Dans notre jardin (sans buis pourtant) impossible d’avoir une activité normale, de nuit comme de jour, des centaines de papillons nous tourbillonnant autour, donnant l’impression d’être attirés par les mouvements ou peut être les odeurs corporelles (une vieille paire de chaussures s’est même retrouvée entièrement recouverte de papillons blancs dans un style assez ‘art moderne’). Je sais que dans d’autre départements le même phénomène a eut lieu.
    Certains des buis entièrement gris jaunes en fin d’été semblent repartir ce printemps, mais survivront ils a une deuxième saison voire à une 3° ? Bien sur une pullulation explosive comme l’été dernier sera limitée par un stock de nourriture plus faible mais je reste très pessimiste. Il sera peut être possible de sauver quelques spécimens isolés, dans les jardins, mais le devenir de l’espèce sauvage apparait sombre.
    Il faut avoir avoir vu ce genre de phénomène pour se faire une idée des catastrophes possibles liées à des introductions d’espèces, souvent par intervention humaine.

    • Christian Auteur du billet

      Je connais très bien ce genre de phénomène, je l’ai vu aussi et je suis tout à fait d’accord avec vous sur le pessimisme en ce qui concerne l’avenir de nos buis sauvages.

  • bertrand

    Chez moi j’ai des buis mais ils ne sont pas encore attaques par contre j’ai un genet qui est infeste depuis 2 ans et je ne savais pas qoi faire je pensais l’arracher mais maintenant je vais pouvoir le traiter correctement.
    Je suis en sud ardeche et certain agriculteur dise que les pruniers seraient attaques est ce possible?

    • Christian Auteur du billet

      la pyrale du buis n’attaquent pas les genêts ni les pruniers. Ce doit être plutôt des Chenilles hyponomeutes. Vous pouvez les traiter avec le même produit que pour la pyrale du buis.

  • Fred R

    Bonjour,

    La Pyrale a fait du mal à 3 buis du jardin (Haute Savoie). Je ne vois pour l’instant plus de chenilles dans les buis, mais dans le cerisier à coté, je trouve des petits vers verts qui font le yoyo au bout de leur fil et qui se mettent sur les les feuilles, coincés dans leur fil. Pour l’instant, il n’y a pas de dégâts.
    Vous pensez qu’il peut y avoir un rapport ? Une adaptation ? Un habitat temporaire ?

  • roberjot

    Je traite mes buis avec le produit pyrale du buis au bacillus thuringiensis solabiol il n’y a pas marqué kurstaki ce qui semble vivement recommandé? Voyant des chenilles, Jai déjà traité 4 fois depuis début avril. Je ne suis pas sûr de le faire au bon moment…
    Depuis plusieurs jours je voie une nuée de papillons, qui sortent de mes buis lorsque je remue un peu mes buis. A partir du moment ou les papillons sont détectés, quel est le temps de vie d’un papillon? fait- il plusieurs ponte? ,au bout de combien de temps les œufs éclosent? quand faut il traiter? je suis perdu dans toutes les informations que l’on peu trouver , une mise au point m’aiderait .
    Je possède 2 haies de 50 mètres, l’une d’environ 1 mètre de large, l’autre approchant 2 mètres, i l m’est donc bien difficile d’aller en profondeur je suis sans doute en train de m’épuiser pour rien.
    Merci pour vos conseils

    • Christian Auteur du billet

      Il ne faut traiter que quand on voit des chenilles et refaire obligatoirement un autre traitement 8 jours après, sinon les nouvelles éclosions vont proliférer.
      Oui les papillons peuvent pondre plusieurs fois et leur temps de vie est très variable en fonction des milieux.
      je vous conseille de bien lire ou relire l’article sur le cycle de vie de la pyrale du buis.
      Pour les gros buis, il est possible de traiter en envoyant le produit avec un karcher en remplaçant le produit moussant par une solution de Bt.

      • Cardi

        Nous sommes désespérés comme dit plus haut nous avons a peu près 500 papillons qui tournoient en permanence sur notre terrasse alors que nous sommes entourés de tilleuls pas de buis ( ils sont en train de sombrer d’ailleurs car envahis) la seule solution que nous avons essayé est l arrosage massif de notre arbre pour faire tomber les éventuelles nouvelles pontes. Que faire? C’est handicapant!! Nous pensions les enfumés mais notre arbre en souffrirait.

  • Olivier

    Bonjour, et merci pour vos deux articles très clairs sur la pyrale et son traitement, qui m’ont permis de lancer le bon traitement…

    Mes buis sont assez petits, j’ai donc fait une préparation à base de bacillus thuringiensis, mais il m’en reste dans le pulvérisateur. Savez-vous si je peux conserver ce mélange pour la deuxième passe dans 10 jours, ou cela ne sera-t-il plus efficace ?

  • Mauné

    Bonsoir,

    J’ai dans mon jardin à Pézenas dans l’Hérault, environ 120 buis en haie, plantés il y a 5 ans et qui viennent de Toscane ; ils ont subi il y a deux ans une attaque de pyrale et je traite depuis avec un systémique très efficace (par aspersion), toutes les 3 semaines entre avril et octobre. RAS l’année dernière ; Il vient d’y avoir une attaque sporadique sur quelques individus mais les chenilles au stade 1 se sont empoisonnées. Ce systémique vient d’être interdit à la vente mais j’ai une réserve pour deux années, je suivrai ensuite vos précieux conseils mais j’ai bien peur que cette solution soit moins efficace surtout lorsque l’on s’absente de son domicile pour des durées de 1 à 2 semaines. Comment alors agir efficacement contre ces cochonneries si l’on n’est pas présent pour les voir apparaître ?
    Merci pour vos précieux conseils.
    Stéphane

    • Christian Auteur du billet

      je traite depuis avec un systémique très efficace (par aspersion), toutes les 3 semaines entre avril et octobre.

      Ca fait beaucoup de produit nocif pour l’environnement et me parait vraiment surdosé. Théoriquement, avec un systémique, on ne traite qu’une seule fois.
      Le problème du systèmique c’est que ce n’est pas sélectif, ça tue tout ce qui vient manger ou butiner vos plantes. Bonjour les abeilles !

      Le bacillus thuringiensis est très efficace ( à condition de bien mouiller tout le feuillage).
      Il y a environ 4 vagues de chenilles dans l’année, donc en les prenant au début, 4 traitements (X2) au bacillus thuringiensis suffisent à protéger vos buis pour l’année.
      Nous sommes fin juin et je n’ai pour l’instant traité qu’une seule fois mes buis de cette année, et ils sont en parfait état.
      Quand le double traitement (1fois + 1 fois 8jours après) tue toutes les chenilles, vous êtes tranquille pour 2 mois à 2mois et demi.
      Vous voyez vous pouvez être absent 2 semaines et même plus, sans pour autant utiliser des produits nocifs.

      • Mauné

        Merci bcp pour vos remarques et conseils ; je traite la nuit pour éviter les abeilles, forts nombreuses dans mon jardin où prospèrent notamment lavandes et agrumes et je ne traite pas lors de la floraison des buis, cela va de soi. Cela ne me dérange pas que ça tue tout ce qui mange les buis, car il n’y a pas que la pyrale, il y a aussi ces parasites blancs qui sautent partout. Arrive un moment où la vermine devient envahissante, c’est la mondialisation : un maximum d’emm… pour un maximum de gens parce que désormais, maladies et insectes voyagent très vite ! Le pb de votre traitement, c’est qu’il tue les chenilles une fois qu’elle sont là et qu’il faut les voir lorsqu’elle sont au stade primaire, ce qui n’est pas évident (vous précisez qu’elles se cachent très rapidement, ce qui est exact), si on se rate, c’est un massacre pour les buis. Je vais essayer votre traitement sur une petite partie des sujets pour voir ; je ne manquerais pas de vous tenir informé, excellente après-midi,

        Stéphne

  • Caro

    Bonjour
    Mon petit jardin est infesté malheureusement depuis un moment car nous sommes là que pour les vacances. J’ai traité hier soir tous les buis mais 1 heure après PLUIE est ce qu’il faut que je recommence aujourd’hui ?? Merci

  • DAMBRA Renée

    Merci pour votre article.
    J’habite Besançon et nous avons pu voir toutes ces chenilles pendues au bout de leur fil de soie (dans la nature proche).
    Puis les papillons sont arrivés vers les habitations envahissant les tuyaux ou les lauriers.
    Pourriez vous me dire si les oeufs ont été pondus dans ces derniers ou si la pyrale est allée dans les buis pour pondre? A savoir qu’il ne restait plus grand chose des buis dans lesquelles il y avait les chenilles au printemps!

    Merci pour votre réponse.

    PS : j’ai averti un organisme mais n’ai obtenu aucune réponse.

  • andrieu

    Bonjour dans le tarn à allant à Vabre 81330, il y a une montrueuse invasion de pirates de buis dans les forets qui déciment tout . pourquoi les pouvoirs publics ne protègent pas nos forêts fabriquons des microdrones qui agiraient par électrification des larves , ou aspiration des chenilles, il y en a partout et sur des km des fantomes de buis trônent dans les forets at ce 14 juillet j’en ai vu plein des pyrales tout autour sur des fils en train de parader autour de buis morts… triste funérarium , nos forets se déciment de leurs buis alerte générale.

    • Christian Auteur du billet

      Et après tout ça vont arriver les ravinements et glissements de terrains car les buis tenaient très bien le sol mais sans eux il va y avoir de gros soucis. J’ai également l’impression que personne ne sent venir l’ampleur des dégâts qui vont découler de cette invasion de pyrale du buis.

      • Andy

        Oui c’est triste car à vabre dans le tarn c’est pas loin de lacaune y a plein d’endroits escarpés et les terrains sans buis vont s’affaisser … comment faire pour alerter des risques de ces pPyrales car il y a une invasion terrible sur des kilomètres . J’en pleurerai tellement que tout est atteint des buis gigantesques carbonisés par les pyrales .je vous assure sur des kilomètres pleins de spectres de grands Buis mourants à cause des pyrales ( des millions de pyrales . Alerte Générale pour sauver nos forêts svp

      • Audrey

        Bonjour,
        En normandie aussi, je constate l’infestation par la pyrale. J’ai commencé le traitement hier et retraiterai dans 7 jours. Je croise les doigts…Merci pour vos conseils que comprennent aussi les novices…

  • CHEVILLET

    Bonjour ! Je viens de découvrir un peu tardivement HÉLAS que mes trois buis étaient infestés de PYRALE .En effet en l’espace de 72 heures alors que je passe régulièrement auprès de ces buis , je n’avais aucunement remarqué que les feuilles étaient malades .Il faut dire aussi que ce début de semaine très pluvieux m’avait interdit la fréquentation de mon verger .Donc ce matin alors que j’effectuais le petit tour habituel j’ai DONC CONSTATÉ LES DÉGÂTS .Je n’ai pas hésité une seconde en me procurant le bidon d’essence « nécessaire à mon tracteur tondeuse » et ai aspergé mes buis pour ensuite les enflammer .(Aux grands maux les grands remèdes ) .Ensuite j’ai coupé au pied à l’aide d’une tronçonneuse ces trois buis .Ce jour 14 Juillet les voisins compréhensifs ont accepté cette petite flambé d’urgence mais sans plus .De ce fait les buis en partie brulés sont rassemblés en un gros tas de branchage qu’il me faudra donc bruler ce Samedi AFIN D’ÉVITER DE PROPAGER LES CHENILLES QUI AURAIENT RÉSISTÉ-ES au mini feu en les manipulant pour les extraire du verger .Ce tas placé dans un espace libre de l’enclos et ce malgré la loi sera brulé sur place n’en déplaise à qui que ce soit ,Voilà! Je me rendrai ensuite dans une jardinerie proche afin de me procurer un traitement préventif de manière à protéger les corbeilles de fleurs qui jouxtaient ces buis .ALORS MESDAMES MESSIEURS SURVEILLEZ-BIEN VOS PLANTATIONS !Je voudrais préciser que notre lieux d’habitation se situe en HAUTE SAÔNE 70000 .Respectueuses salutations aux lectrices ou lecteurs .Cjc

  • Céline

    Bonjour,
    Je suis envahie par les chenilles de la Pyrale du buis et me suis procurer donc le fameux produit que nous venons de pulvériser ce soir. Merci pour cet article d’ailleurs, très complet !
    Ma question concerne l’habitat naturel des chenilles, je lis de partout qu’elles ne s’attaquaient qu’aux buis, mais est-il possible qu’elles tissent leur toile sur les murs des maisons ? Parce que j’en suis envahie et c’est très dérangeant. Je les vois descendre doucement de leur fil depuis le haut de mon toit, c’est horrible. Et je suis sûre que ce sont bien des chenilles Pyrale. J’ai donc traité mais si elles ne reviennent pas manger le buis, on est d’accord que ça sert à rien ?
    Merci pour votre réponse !

    • Christian Auteur du billet

      Bonjour Céline,

      Quand les chenilles n’ont plus rien à manger dans leur buis elles migrent ailleurs ( en espérant trouver d’autres buis) en faisant des fils partout et en grimpants partout. En fait elles montent le plus haut possible et se laissent ensuite descendre au bout d’un fil et balancent avec le vent pour s’accrocher plus loin. C’est un de leur moyen de déplacement.
      Oui il ne faut traiter que sur les buis car il faut que les chenilles mangent et ingèrent le produit pour qu’il soit efficace.

  • Pascale

    Bonjour,
    Je viens de découvrir votre site et c’est à la fois très utile et malheureusement très inquiétant. Nous habitons an Ariège dans un environnement forestier et avons été épargné jusqu’à cette année. Mais le fléau a progressé jusqu’ici. A notre niveau, nous avions des buis centenaires, hauts de près de 5 mètres. Impossible de traiter efficacement. Nous vivons dans un environnement naturel et protégé, mais là, l’endroit est envahi non seulement par les chenilles, mais également par une odeur pestilentielle rappelant pour mon mari du lisier de chèvres, et évoquant pour moi une odeur de mort. Nous avons donc opté pour une taille drastique, élagage et brûlage des déchets. Avec un traitement ensuite appliqué sur les troncs rabattus. Les chenilles pendent également de certains houx situés à proximité des buis et par contagion pendent également de platanes centenaires. Pour les platanes, on ne peut rien faire et pour les houx on va aussi couper. C’est un chantier énorme, mais nous espérons que nous finirons avant l’éclosion des papillons. Par contre, il nous semble que le niveau sonore des oiseaux a très fortement baissé depuis quelques semaines. Du coup, nous sommes très dubitatifs sur l’absence de répercussions en dehors des buis et notamment sur la population d’oiseaux sauvages. Et nous sommes aussi très étonnés qu’il n’y ait pas de prise en compte ni de réaction par des organismes officiels, car le phénomène est connu et observé depuis plusieurs années et l’ampleur est très inquiétante. Pourtant nous possédons à notre époque les moyens de lutter contre cette invasion. Il nous semble qu’il existe bien des chercheurs ou ingénieurs qui pourraient être d’une utilité certaine.
    Évidemment, les zones sauvages du piémont pyrénéens sont dévastés et du coup, se trouvent inaccessibles pour toute randonnée ou simple promenade, condamnant ainsi de nombreuses zones naturelles.

    • moquette michel

      Bonjour. Depuis Avril de cette année la pyrale a envahi le département de la Vienne et évidemment notre jardin de 3000 buis n’y a pas échappé. La lutte à mener est énorme car nous avons également de très vieux buis mais l’essentiel est atteignable, sauf que là où nous ne pourrons pas traiter au bacillus thurengiensis les chenilles vont développer tout leur arsenal destructeur. Alors il y a des prédateurs et pas uniquement les mésanges, nous avons les pinsons qui nichent dans nos buis et qui ont une nourriture abondante depuis ce printemps, nous les voyons faire car dans nos buis très proches de la maison nous pouvons les observer dans leur quête de prises de chenilles… mais ça ne suffit pas évidemment car il en faudrait des centaines, donc nous traitons et nous allons essayer de ne pas baisser les bras car effectivement cette odeur de mort nous donne du courage pour réagir. Bon courage à vous et au plaisir de partager quelques observations.
      Michel/Alain du « Jardin de Fortran » 86400 LINAZAY

  • Henriane

    Merci ! C’est vraiment désespérant de voir ses buis ravagés. Nous sommes dans l’Oise et avions été épargnés jusqu’à cet été. Quel fléau ! L’année dernière j’avais traité mes buis pour une simple perte de feuille en les passant au Karsher et çela avait marché. Cette fois ci, les feuilles apparaissaient vraiment comme grignotées, mais je ne voyais pas de chenilles. Hélas, je comprends pourquoi après la lecture de votre article, je les vois maintenant au stade « assez grosse, noires et vertes, à gros yeux ». Comme sur vos photos. J’ai traité, et compris l’ampleur de l’épidémie dans notre village. Je crains qu’elle é s.étende encore, car beaucoup de gens ne font rien. (Absence, méconnaissance du problème, etc..) . Au secours !

      • Christian Auteur du billet

        Si vous réussissez à faire bouger la mairie c’est que vous avez de la chance, ici ça fait 3 ans que j’essaie d’alerter les mairies mais il n’y a pas grand chose qui bouge. Je crois qu’ils ne comprennent pas l’ampleur du problème et les conséquences qui vont en découdre.

  • ULL

    bonjour,
    merci pour ces conseils
    je suis fortement infesté mais le vendeur m’a indiqué que le traitement n’est efficace qu’au contact et non par ingestion.
    j’ai des doutes
    je vous remercie

  • CHEVILLET

    BONJOUR à toutes et à tous !
    Le 14 juillet 2017 comme je l’ai déjà expliqué suite à une forte prolifération de pyrales , il m’a fallut employer les grands moyens .Le lendemain je me suis rendu dans un magasin « jardinerie pour être exact » , et rencontré le vendeur qui m’a conseillé un produit .J’ai donc écouté ses conseils et les ai appliqué .Donc première foi pulvérisation du seul buis malade qui restait sur pied .Une pulvérisation que j’appellerais plus tôt douche tellement j’ai insisté extérieurement et intérieurement dans le branchage de cet arbuste .j’ai renouvelé cette opération le samedi suivant et ce samedi 29.Et bien comme l’on dit chez-nous notre buis « À REPRIS DU POIL DE LA BÊTE « .Du fait des derniers commentaires découverts sur notre ordi et la crainte FONDÉE de certains propriétaires de buis, je voudrais par ce conseil diriger ces personnes vers une jardinerie proche et leurs conseiller le produit suivant .(Je voudrais préciser que je suis retraité et nullement intéressé au pourcentage de cette vente .)Donc ;marque BAYER JARDIN c’est le Décis J ,insectes CHOC polyvalent .Nous résidons mon épouse et moi à NOIDANS LE FERROUX 70130 proche de VESOUL (Haute-Saône).VOILA  » Cette démarche à titre amicale « .Cjc

    • Christian Auteur du billet

      Le Décis, un insecticide chimique hyper toxique, qui tue tout sans discrimination. Je ne ferais jamais ça chez moi. Pensez à l’impact sur l’environnement et sur les générations futurs !
      De plus le Décis est reconnu pour créer des mutations et adaptation des insectes traités. C’est comme ça que l’on crée des populations d’insectes résistants aux traitements et qui posent de gros problèmes par la suite.

  • DAVERIO Roland

    je me suis rendu compte que les guêpes ont un fort appétit pour ces monstres….. mais le problème existant est que le nombre de chenilles est beaucoup plus intense que le nombre de guêpes !

    • Christian Auteur du billet

      Oui les guêpes et les frelons sont de très bons prédateurs de la pyrale du buis. Ils faut donc les préserver.
      Ca fait des années que je le dis, mes les gens préfèrent traiter et avoir leur petit confort de barbecue sans guêpes.
      Si nous détruisons nos alliés, nous n’irons pas très loin.

      • Mauné

        Oui Christian mais en ce qui concerne les frelons, ils sont une énorme menace pour les abeilles comme vous le savez bien, en particulier le frelon asiatique. Pour que les guêpes soient efficaces, il en faudrait énormément ce qui causerait ensuite d’autres nuisances…. on est dans la quadrature du cercle !
        Enfin, mauvaise nouvelle, j’ai constaté sur un olivier âgé de 5 ans, une ponte de pyrale sur un rameau !!! Il n’y a aucun doute sur cette identification, cette cochonnerie semble vouloir trouver d’autres nourritures, mes buis lui étant nocifs. Je vais interroger l’INRA sur ce fait qui pose une question inquiétante : une fois que les buis auront tous été dévorés (ce qui finira par arriver, ne serait ce que dans les zones hors jardin), vers quels autres végétaux va se tourner la pyrale ?
        Merci pour ces discussions forts intéressantes.

        Stéphane

        • Christian Auteur du billet

          je ne parlais pas de protéger le frelon asiatique mais des frelons de chez nous. Eux ne tuent pas les abeilles et sont fort utiles. L’asiatique c’est une autre histoire, mais il adore les chenilles de la pyrale du buis.
          Pour les pontes, ce n’est pas parce que le papillon pond sur une plante qu’il est capable de s’en nourrir, loin de là. Ne faisons pas de rapprochement trop rapide.
          Avez vous des photos de cette ponte sur olivier ? Ca m’intéresse de voir.

          • Mauné

            J’ai bêtement écrasé la partie du rameau sur laquelle se trouvait la ponte mais je surveille de très prés ces jeunes oliviers, si cela se produit à nouveau, je ferais une photo voire un prélèvement ; effectivement, il n’est pas certain que la pyrale puisse s’en nourrir mais les insectes ont des capacités d’adaptation surprenantes. C’est tout de même un signe inquiétant car je n’ai observé cela sur aucune autre espèce végétale de mon jardin qui compte une très grande variété de plantes. Donc, affaire à suivre….

  • Marie-Françoise MATHIEU

    Bonsoir,
    Nous venons de subir l’attaque de la pyrale et nos buis sont vraiment abîmés. En l’espace d’une nuit un désastre. Nous avons traité avec le bacillus thuringiensis et avant même le second passage 8 jours après, elles avaient recommencé. Nous avons donc retraité, faudra t-il faire un autre passage 8 jours plus tard? Nous avons 3 haies de buis toutes les 3 attaquées, que peut-on mettre comme engrais pour qu’elles repartent dans de bonnes conditions? Les pièges à phéromones sont-ils indispensable pour être tranquille? Merci pour vos réponses

    • Christian Auteur du billet

      Si elles ont reattaquée aussi vite c’est que vous n’avez pas du mouiller tout le feuillage avec le produit. Je pense que vous aller devoir effectivement refaire un traitement de plus.
      Pour aider à redémarrer vos buis mettez y un compost ou mieux un jus de compost au pied.
      Non, les pièges ne servent pas à éliminer les pyrales, mais juste à capturer un petit pourcentage de papillons et donne donc l’alerte de l’arrivée d’une nouvelle vague de ponte.

  • Richard

    Je viens d’acheter une maison près de Senlis avec des haies de buis magnifiques centenaires…lors de nos visites ces haies étaient superbe. Malheureusement cette semaine nous avons pris pocession des lieux et là 30% des buis ravagés, des 100enes de chenilles à l’oeuvre…j’ai immédiatement traité pendant 3 heures…mais je suis dépité.
    Je vais suivre vos conseils en espérant qu’il n’est pas trop tard.

  • LNZeyf

    Bonjour ! Je viens de traiter un beau buis réduit à néant avec un produit à base de la bactérie. Très efficace ! dès le lendemain je constate que les chenilles sont mourantes. Entre les deux passages du traitement, conseillez-vous de nettoyer les résidus ? J’ai vu des vidéos de « battage » de buis pour faire tomber les feuilles mortes, les chenilles et les oeufs. Je pensais aussi donner un coup de cisailles, modérément. Après le second traitement et le passage au jet d’eau, je compte le rebooster, comme vous le conseiller. Et puis placer un piège pour prévenir la prochaine attaque… c’est vraiment impressionnant, je n’avais jamais eu ce problème en 11 ans que je vis ici… Merci d’avance pour la réponse !

    • Christian Auteur du billet

      Vous pouvez effectivement passer un coup de jets d’eau pour faire tomber les résidus qui restent pendus dans les buis, mais je vous conseille d’attendre au moins 5 à 6 jours après traitement avant de la faire afin que toute les chenilles vivantes aient ingurgité du produit de traitement. Je ne suis pas pour le battage car ça abime les buis déjà mal en point.
      Oui, une petite taille les aident à redémarrer plus facilement.

  • Gires

    Bonjour.
    Je traite avec succès les chenilles de pyrale avec le bacillus thuringensis de Solabiol.
    Je découvre avec effroi seulement aujourd’hui qu’il serait dangereux pour les abeilles, c’est écrit en toute lettre sur la boîte. Est-ce à dire qu’il ne faut plus l’utiliser ? Oubien est-ce une histoire de proximité de ruches.
    Merci de votre réponse
    Ludovic

    • Christian Auteur du billet

      Non il n’y pas de risque pour les abeilles si vous ne traitez que sur les buis et pas sur les fleurs aux alentours.
      La toxicité du Btk n’est effective qu’en présence des conditions alcalines qui règnent dans l’appareil digestif des stades larvaires (chenilles) des lépidoptères (papillons). Le Btk n’a donc aucun effet chez les adultes de ces papillons, ni chez d’autres insectes comme l’abeille domestique, ni chez les poissons, les oiseaux ou les mammifères. L’Environmental Protection Agency des États-Unis estime que les risques posés par les souches de Bt pour les organismes non visés sont négligeables à nuls. La toxine insecticide est en outre rapidement biodégradée dans l’environnement par les UV et les microorganismes. Sur le feuillage, ce processus prend de un à quatre jours.

      • nolan

        Bonjour Christian,
        Vraiment super ton aide, j’ai bien lu tous tes posts concernant la pyrale du buis.
        Mon cas, j’ai une très vieille haie de buis d’une longueur de 20m et d’une hauteur de 3.50 voire 4m, je me situe dans le Vercors de la Drôme à 900m d’altitude.
        C’est la 1ere fois que je découvre des milliers de papillons cette semaine. Nous sommes à 40km de Marsanne plaine de Montélimar où effectivement les forêts de buis ont été dévastées en 2 ans.
        Surpris que la pyrale arrive que maintenant mais bref ça y est elle est là.
        Je suis allé acheter la Solabiol 30g pyrale du buis au bacillus thuringiensis. Que dois je faire svp ? si j’ai bien compris j’ai des milliers de papillons mais pas de chenilles donc il faut que j’attende que les chenilles naissent pour pulvériser ce produit ? vu que j’ai presque 4 m de hauteur c’est mort à l’avance non ? j’y connais rien mais l’année prochaine ou dans 2 ans ai je une chance qu’elle quitte la région car plus rien à manger car je ne me vois pas faire ce traitement in éternam…
        Je te remercie de ton aide par avance.

  • HENRY Denis

    la canicule ( 4 jours à 40°) peut elle détruire les oeufs de la pyrale du buis ?
    malgré de nombreux papillons je ne repère ni oeufs ni petites chenilles depuis