Pyrale du buis, il faut réagir vite. 34 commentaires


pyrale du buisLa pyrale du buis est bien partie pour ravager tous les buis d’Europe. Ce papillon nocturne du nom de Cydalina perspectalis, paraît très bien adapté à nos climats et prolifère sans prédateur connu à ce jour. Son régime alimentaire est le buis mais dans son pays d’origine on l’a déjà vu attaquer certaines espèces de fusains et de houx donc soyez très vigilant.

C’est un papillon originaire d’Asie Orientale ( Chine, Japon, Corée)

Le vrai nom de la pyrale du buis est Cydalina perspectalis ou Diaphania perspectalis.

D’où vient la pyrale du buis

En Europe, son apparition est déclarée en Allemagne en 2007, mais vu la taille de la colonie, il est fort probable que l’insecte soit arrivé en fait en 2005. Donc en 2007 la pyrale du buis est bien installée en Allemagne dans la région limitrophe avec la Suisse et la France. En 2008 la pyrale du buis est déjà arrivée en France dans le Haut-Rhin. En 2014, déjà 51 départements Français sont atteints.

carte pyrale du buis 2015

La suisse, l’Angleterre, les Pays-Bas et l’Autriche sont également touchés. La pyrale du buis est vraiment un papillon colonisateur et à prolifération rapide. Ce papillon de la famille des Crambidae a trouvé chez nous un territoire parfait pour son expansion, les températures lui conviennent très bien sur la majorité du territoire, la nourriture ( buis) y est abondante et aucun prédateur en vue pour l’instant, quoi demander de plus.

Comment reconnaître la pyrale du buis ?

jeune pyrale du buis

jeune pyrale du buis

papillon pyrale du buisLa chenille mange le buis et y fait des fils de soie. Elle ressemble beaucoup à la piéride du choux. L’adulte se présente sous forme d’un papillon nocturne de forme triangulaire, couleur blanc argenté bordé de noir, d’environ 30 à 40 mm d’envergure. On peut parfois en trouver de tout brun. Il tient ses ailes à plat quand il est au repos et les redresse lorsqu’il est en activité ou dérangé.

La grande majorité des espèces de papillons nocturnes que nous avons chez nous ne se nourrissent pas à l’état adulte pour la bonne raison qu’ils n’ont pas de trompe , ou juste une trompe atrophiée. Ce détail est très important, cela veut dire qu’ils ont une durée de vie limitée et donc un temps de ponte très limité également.

Pour la pyrale du buis il en va autrement. C’est un papillon nocturne butineur, il se nourrit même à l’état adulte et donc il dispose de beaucoup plus de temps pour pondre et faire de nombreuses pontes d’où une prolifération exubérante.

Cycle de vie de la pyrale du buis.

 

Les femelles pondent entre 200 et 300 œufs par ponte. Ceux ci sont de forme très aplatie, translucides, collés au revers des feuilles de buis et éclosent au bout de 48H. Les chenilles vont muer 4 fois durant leur vie afin de grossir. A chaque stade elles deviennent plus voraces et ont besoin de beaucoup plus de nourriture. Vous pouvez facilement reconnaître une chenille qui vient de muer (changer de stade) car elle a une grosse tête part rapport à son corps.

chenille pyrale du buis stade 1Au 1er stade, la chenille de pyrale du buis mesure 3 mm et est à peine visible. Elle se contente alors de ronger la cuticule du dessous des feuilles de buis tout en restant bien camouflée. Le début des attaques se fait souvent à l’intérieur du feuillage du buis, ce qui la rend très difficilement décelable. Après la première mue, au deuxième stade, les chenilles rongent le dessus et le dessous des feuilles plus coriace. C’est à ce stade-là que l’on commence à voir plein de fils dans les buis. Ce sont des fils de soie que les chenilles tissent pour se protéger et circuler entre les branches. Les chenilles sont capables d’avancer ou de reculer très rapidement à la moindre alerte. C’est également à ce moment-là que les buis commencent a avoir un aspect de « grillé ». Les feuilles étant rongées des deux côtés, elles sèchent.

 

buis grillé - pyrale

buis aspect « grillé » par la pyrale

pyrale du buis

pyrale du buis chenille

chenille stade 3

Au troisième stade, les mandibules ont bien grossit et les chenilles sont capables de dévorer les feuilles entières en les attaquant par le côté. Les buis commencent alors réellement à se déplumer et ne peuvent plus faire de photosynthèse. Les plantes s’affaiblissent. Au quatrième stade, le plus destructeur, les chenilles de pyrale du buis mangent tout ce qu’il y a de vert sur le buis, même les jeunes tiges et quand il n’y a plus de vert, elles s’attaquent à l’écorce laissant par là même une entrée facile pour les maladies et champignons qui finiront de détruire la plante.

Au bout de 1 mois de vie, les chenilles atteignent leur taille maximale de 4 cm. Elle vont alors commencer par s’immobiliser un temps, puis se métamorphoser en chrysalide au sein des feuilles et brindilles restantes. Les chrysalides récentes sont vertes puis virent au brun marbré avec l’âge. Trois semaines plus tard, les papillons éclosent et le cycle redémarre immédiatement.

cocon pyrale du buis

cocon pyrale du buis

cocon pyrale du buis

cocon pyrale du buis dans sa logette de feuille et soir

La pyrale du buis peut se reproduire quasiment toute l’année tant que la température le lui permet. Son activité ne cesse que par temps vraiment froid. Le cycle d’œufs à œufs est de 2 mois. La pyrale du buis a un cycle non stop tout l’année avec tout de même un gros ralentissement de novembre à mars.

Ne croyez pas que ce gentil papillon va disparaître avec l’hiver, ce serait trop simple.

Avec l’arrivée des froids de l’hiver, le rythme se calme. Une bonne partie des chenilles du stade 3 et 4 vont mourir. Les plus jeunes chenilles vont se tisser un joli cocon pour passer l’hiver et reprendre en mars-avril alors que les chrysalides vont attendre tranquillement le mois de mars pour éclore.

pyrale du buis hibernation

la chenille se fait un abri contre le froid

Comme vous pouvez le constater, ce ravageur est très inquiétant pour nos jardins à la française, nos topiaires, nos haies et pour nos montagnes et garrigues peuplées de buis. Il faut réagir vite. Tous le monde doit s’y mettre, particuliers et collectivités.

Dans l’article suivant je vous expliquerai comment surveiller et vous débarrasser de cet envahisseur qu’est la pyrale du buis.

Et chez vous ? avez vous été touché par la pyrale du buis ?  quelles conséquences ?

Voici d’autres articles qui devraient aussi vous plaire:

Recherches ayant accédé ici:

  • pyrale du buis
Vous avez aimé cet article? Partagez le sur Twitter, sur Facebook ou par mail en cliquant sur l'un des boutons ci-dessous ! Merci d'avance.
Inscrivez vous et recevez un cadeau de bienvenue
Inscrivez vous ici pour être informé en priorité, par mail, des dernières actualités du site et recevoir ce guide gratuit en cadeau de bienvenue


A propos de Christian

Consultant Jardin & Espace verts - Maître Composteur - Passionné de plantes et insectes - Pour un jardin naturel et un sol fertil - de formation agronomique J'ai été pépiniéristes durant 25 ans avec 5 ans paysagiste.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

34 commentaires sur “Pyrale du buis, il faut réagir vite.

  • taruhan

    Je suis heureux de lire vos écrits, je présenté était un étudiant de l’anglais et avait déménagé à la France. Je veux entreprises dans la plantation et mes études à la faculté de l’agriculture. Puis-je vous rencontrer pour apprendre?

  • tony

    bonjour ,je viens vous demander conseille sur un problème que je viens de me en apercevoir sur mes tomates ,j’ai trouvé des chenilles a l’ente-rieur du fruit , c’est coi ? et comment les traites ? merci de me éclairer sur le problème et le résoudre

    • Christian Auteur du billet

      Bonjour,
      sans photo c’est difficile de faire un diagnostique fiable, mais il y a de forte change que ce soit la noctuelle de la tomate. Vous pouvez résoudre le problème en pulvérisant du bacillus thuringiensis, en fin de journée car la noctuelle est active la nuit.

      • Christian Auteur du billet

        je rajoute une précision pour l’identification: si la chenille fait plus de 1 cm et verte vif c’est bien une noctuelle par contre si elle fait moins d’1 cm et qu’elle est plutôt crème-rosé c’est une mineuse de la tomate (Tuta absoluta).

  • Eric

    J’ai juste un petit plan de buis dans mon petit jardin, il a été complètement mangé l’année dernière (plus une tige ni feuille verte !) car quand je me suis aperçu des chenilles elles avaient presque tout mangé !

    J’ai tout coupé ou presque et cette année j’ai le plaisir de le voir repousser. Je serais plus vigilant cette année (du moins je l’espère)

  • wolfysand

    Un grand merci pour cez bons conseils, photos à l appui, comme toujours sur ce site.
    J ai 2 petits buis, dès demain matin, je vais inspecter tout ça.
    Corsialement
    Sandrine, eure et loir

  • Philippe

    Bonjour,
    mes buis étaient attaqués violemment par la pyrale du buis, je m’en suis aperçu il y a plus d’un an mais ai fait des recherches et constaté en juin/juillet qu’il s’agissait de la pyrale.
    J’ai acheté un traitement de pulvérisation à base d’une bactérie le BTK , j’en ai pulvérisé début juillet, puis ensuite 2 fois surtout après les pluies (plutôt rares cette année), mes buis sont repartis c’en est même incroyable. Ceux complètement attaqués ont du mal mais des pousses vertes apparaissent quand même, c’est encourageant pour l’année prochaine
    J’ai aussi mis un piège à base de phéromones femelles, en juillet je récupérais entre 5 et 20 papillons morts par semaine, maintenant j’en ai 2 morts après 3 semaines, la population diminue mais ne semble pas encore totalement éradiquée. C’est en bonne voie.
    Philippe ( Hérault)

    • Christian Auteur du billet

      Il ne faut pas traiter au BTK au hasard, ça ne sert à rien. Il faut faire un traitement seulement et seulement si vous voyez des chenilles…
      Par ici les pièges à phéromones attrapent beaucoup plus de papillon que ça, finalement vous êtes plus chanceux 😉

  • yvon

    Bonjour Christian,
    J’ai bien aimé ton article sur la pyrale du buis. Habitant le nord, je ne me sens pas concerné.
    Par contre, j’ai un problème très pénible : mon potager est envahi depuis 2 ans par des galinsogas. C’est une plante peste qui se moque de ce que je puis faire pour l’éradiquer. Il en pousse partout où la terre est nue, entre les légumes, les fleurs… Seul l’herbe ne la laisse pas pousser.
    Christian, aurait tu un conseil à me donner pour en venir à bout?
    D’avance merci pour ta réponse.
    Amicalement.
    Yvon.

    • Christian Auteur du billet

      Bonjour Yvon,

      J’aime beaucoup ce genre de question car la réponse est dedans.
      Regardes: »Il en pousse partout où la terre est nue,Seul l’herbe ne la laisse pas pousser. »
      Eh voilà ! il suffit donc de mettre un bon paillage entre tes rangs de légumes et des engrais vert en couverture là où tu n’as rien planté.

  • Marc

    Cette année on n’a pas eu de pb avec la pyrale du buis malgré les fortes chaleurs en région parisienne comme ailleurs.

    Mais l’année dernière il y en avait des centaines et des centaines sur les buis. J’ai traité immédiatement car il y avait urgence.
    Chez d’autres personnes qui n’ont pas réagies à temps en 2 jours leurs buis étaient morts (c’était des petit buis donc vite bouffés).

    Merci bien pour l’article !
    Marc

  • Odile

    bonjour Christian,
    je viens de lire votre article sur la pyrale du buis mais je ne trouve pas celui parlant de la combattre comme vous le dites à la fin de cet article.
    merci de m’indiquer où il se trouve

  • THOMAS Larry

    Bonjour,
    Je rentre des vacances et trouve des grosses attaques sur mes buis. J’ai plusieurs arbustes où il ne reste plus de feuilles. Après nettoyage est-ce utile de les traiter avec BT étant donné qu’il n’y a plus de feuilles et je ne vois pas de chenille?

    • Christian Auteur du billet

      Bonjour Thomas,
      Il est totalement inutile de traiter au Bt si vous ne voyez aucune chenille. Le Bt doit être ingéré par les chenilles pour être efficace et de plus le bacillus thuringiensis est naturellement détruit par le soleil au bout de quelques jours. Attendez la repousse des buis, guettez les chenilles dès leur apparition et traitez là, puis 8 jours après.

  • Frédo

    Une belle saleté cette pyrale. Je suis en Haute Garonne, tous les buis de mon jardin sont touchés.
    Je suis assez inquiète pour un de mes buis, centenaire, immense. Et là, je ne vois pas bien comment traiter, vu l’importance de l’arbre….

  • Thorfin

    Dans la Drôme où je me trouve, la pyrale fait des ravages. Nous avons deux haies de buis et les bois aux alentours comportent beaucoup de buis. Difficile de lutter à armes égales.
    Nous traitons les buis environ une fois par mois mais ils ont quand même été ravagés.
    Je suis en train de les réduire d’un tiers environ car je me suis aperçu que de nouvelles pousses partaient de l’intérieur.
    En plus du traitement, je place des bassines remplies d’eau avec une goutte de produit vaisselle. Les papillons viennent y boire et meurent noyés.
    J’en ramasse des centaines (et le mot n’est pas usurpé) chaque matin.
    Apparemment, on commence à leur découvrir certains prédateurs. Qu’en est-il ? Qu’avez-vous remarqué ?

    • Christian Auteur du billet

      Bonjour voisin,

      Nous sommes du même département, un des plus beau et varié de France.
      Pour le traitement au Bt, rien ne sert de traiter tout les mois, il faut traiter seulement et seulement si on voit des chenilles. le produit n’est efficace que quelques jours et il faut que les chenilles l’ingèrent.
      Donc traitez quand vous voyez des chenilles et surtout refaite un 2eme traitement 8 jours après pour les œufs qui ont éclos entre temps.
      très bonne idée la bassine d’eau savonneuse, je connais et ça marche très bien. On peut aussi la mettre sous une lampe le soir, ça prend encore plus de papillons.
      Pour ce qui est des prédateurs, il en a été repéré deux. Le premier est le frelon asiatique. Il va chercher les chenilles dans leurs toiles dans le buis, car il l’a connait bien, il sont de la même région d’origine. Et les seconds sont des passereaux de fin d’hiver (moineaux et chardonneret) qui vont extirper les chenilles dans les buis dépouillés. Ce fait m’a été rapporté par des personnes de ma commune et j’ai vu des photos de ça.

  • chevalier

    Nous sommes a la fin du mois de mars sur la fleche (sarthe) , et apres un mois de janvier froid et un mois de fevrier plutot clément ; je profitais aujourd hui de faire un tour de jardin et je me suis apercu que mes buis sempervirens suffriticosa et rotundifolia qui n ‘avait pas été touchés l’année dernière ,le sont cette années.
    J’ai recolté une dizaines de chenilles plus ou moins grosses avec défoliation des plantes. Je vais continuer de surveiller la récolte des chenilles en esperant de ne pas avoir à traiter

    • Christian Auteur du billet

      je vous conseille vivement d’acheter du BT et de pulvériser vos buis avec. n’aillez pas de crainte c’est un produit très sélectif et naturel. je vous rappelle: 2 traitement à 8 jours d’intervalles.

        • Christian Auteur du billet

          Le bacillus thuringiensis est une bactérie naturellement présente dans le sol, c’est tout à fait naturel. Si vous traitez vos buis avec le bacillus thuringiensis vous ne tuerez que les chenilles de la pyrale du buis, il n’y a pas de risque. C’est un traitement tout à fait bio.

  • de Paix de Coeur

    Est il encore utile de traiter les buis quand ils ont été déjà entièrement mangés ? Mon fils vient d’acheter une maison dont le jardin est garni de très beaux et grands buis mais ils sont tous entièrement abimés, les tiges semblent encore bonnes … j’ai traité dans mon jardin des buis attaqués au tout début et le résultat a été très probant, dans le cas présent je me pose la question ?

  • Vil

    Nous sommes en 2017. ..et la pyrale est plus que présente ! !! Tout traitement ne sert plus à rien ! Cette chenille est plus coriace que jamais et détruit absolument tout !